photo Philippe Pouletty : ses chroniques sur le JDN

Philippe pouletty : ses chroniques sur le jdn

Suite à son passage à l’université de Stanford, Philippe Pouletty (http://www.journaldunet.com) a breveté une trentaine de découvertes à son nom à l'échelle mondiale. Ce diplômé en immunologie jouit par ailleurs d’une solide renommée auprès de cet établissement. Se spécialisant en biologie moléculaire, Philippe Pouletty a entre autres présenté un nouveau modèle d’amplification de gènes. Le chercheur a par ailleurs démarré sa carrière de chercheur au département Medical Microbiology de l’université de Stanford. Depuis 1999, le futur gérant de Truffle Capital a initié de nombreuses réformes stimulant les améliorations technologiques, incluant l’introduction du statut de jeune entreprise innovante (JEI) et l’évolution de la fiscalité afin de simplifier le financement de la recherche.

Formation et débuts du chercheur

En plus de ses prestations au sein des centres hospitaliers, le jeune interne étoffe sa formation en immunologie ainsi qu'en virologie à l’Institut Pasteur de Paris. L'interne sort major du grand cours d’immunologie générale courant 1984. Sitôt son baccalauréat série C en poche, Philippe Pouletty débute son cursus en médecine à l’UPMC. Le futur businessman a fini ses études courant 1981. Le chercheur se fait rapidement remarquer au sein de l’université de Stanford grâce à son expertise en biologie moléculaire. Au sein de cette institution universitaire, l'ancien interne est un acteur de premier plan de l’équipe de recherche se spécialisant dans cette discipline entre 1986 et 1988. Au cours de son passage à Paris, Philippe Pouletty bénéficie d'une subvention de l’INSERM pour ses travaux en immunologie. Le jeune interne a pu véritablement rehausser son expertise en la matière au sein de l’hôpital Saint-Louis.

Premiers projets en matière de création d'emploi

La compagnie SangSat a entre autres synthétisé et distribué la Thyloglobuline, un médicament réellement performant contre les rejets. Ce médicament novateur s'avère ensuite acheté par Genzyme dans les années 1990. SangSat est par ailleurs un acteur remarquable en termes de transplantation d’organes. Listée au Nasdaq depuis 1993, SangSat Inc. a été mise sur pied par Philippe Pouletty via de nombreux brevets personnels. Cette compagnie mise sur pied en 1988 est spécialisée dans la greffe d’organes. Spécialiste de la biotechnologie, Clonatec incarne l'avant-garde de cette branche sur le territoire français. L'entreprise a été bâtie par Philippe Pouletty au début de sa carrière de chercheur.

L'administrateur de Truffle Philippe Pouletty a encouragé l'institution des enseignes Carbios et Kardiozis en 2011. Ces établissements se spécialisent dans l'élaboration de prothèses et d'accessoires artificiels à usages industriels ou médicaux. Par moment, Truffle Capital marie diverses entreprises de son portefeuille pour accentuer l'évolution de ses nombreux travaux de recherche. Abivax a entre autres assimilé Wittycell ainsi que Splicos pour améliorer l'élaboration de vaccins et d’adjuvants immunologiques. La société française Carmat se révèle cotée en bourse dès 2010 en raison du talent d’entrepreneur du chercheur. Le chercheur a aussi marqué les esprits via les performances de cette entreprise en matière de cœurs artificiels. Établie en 2014, la société Diaccurate ambitionne d'élaborer un nouveau genre de remèdes contre le SIDA. Cette entreprise de biotechnologie est issue d'un partenariat entre l’Institut Pasteur et le fonds de placement géré par Philippe Pouletty.

Truffle Capital a notamment constitué Neovacs courant 2003 pour élaborer des produits pour soigner les syndromes en rapport avec l'auto-immunité. Grâce à sa nature intéressante, l'enseigne se retrouve introduite en bourse courant 2010. Dans le but de traiter concrètement les patients atteints d’incontinence urinaire, Philippe Pouletty et les gestionnaires de Truffle Capital financent les nombreuses solutions efficaces proposées par l’entreprise Myopowers. Le centre de recherche Theradiag fait partie du portefeuille de Truffle Capital à partir de 2003 et est coté en bourse courant 2012. Le chercheur devient dirigeant par intérim de cet établissement expert en diagnostic entre 2009 et 2010. En 2015, l'entreprise Pilosciences a été liquidée de la même manière que le centre de recherche Cytomics, un spécialiste des substances antifongiques. Philippe Pouletty s'avère entre autres entré dans le secteur de la dermocosmétique via cet établissement institué en 2011.